les benshen

Racine – Esprit

Dans le domaine de la physiologie chinoise et de la médecine traditionnelle chinoise, Benshen signifie la racine des esprits ou les âmes végétatives. Cela englobe les aspects mentaux et spirituels associés aux organes qui influencent les émotions, l’esprit et la pensée. Ils sont au nombre de 5 comme les organes: Shen, Yi, Zhi, Hun et Po.

Shen peut avoir plusieurs sens selon le contexte.

Ainsi dans la tradition taoiste, Shen est l’âme d’une personne qui a acquis l’immortalité, par opposition à Gui, l’âme destinée à poursuivre le cycle des renaissances.

En médecine chinoise, Shen est la puissance spirituelle du corps, l’animation céleste qui oriente les mouvements de la physiologie comme de la psychologie. Il est l’un des 3 trésors avec les essences Jing et les souffles Qi (cf Les Trois Trésors). Shen est la manifestation extérieure de la vitalité du corps et de l’état mental. Un Shen puissant et paisible permet de bien dormir, d’avoir les idées claires, une bonne mémoire et un sens aïgu des objectifs à atteindre dans l’existence.

Il est l’empereur des Benshen, le coordinateur. Il est logé dans le Coeur et est associé à la joie

Yi est formé par les caractères chinois Yin (émission d’un son) et Xin (l’organe coeur). Il se traduit par plusieurs mots, l’idée, la pensée, l’opinion, également l’intention, le désir, ainsi que le sens, comme la signification des hexagrammes du Yi Jing.

En philosophie chinoise, c’est la pré-conception, le plus léger des mouvements du mental, dans l’éveil de l’intérêt ou la cessation de cet intérêt. Dans la tradition taoiste, Yi est l’idée directrice de l’oeuvre alchimiste.

Dans le propos, Yi est l’intention de celui qui pense, parle et agit. C’est aussi l’intention du coeur dans la manière de s’exprimer comprenant les sons. Yi est notre capacité à penser, étudier, nous concentrer et mémoriser.

En médecine chinoise, Yi est le propos, la puissance spirituelle propre à la Rate.

Zhi, composé de Shi (le sage) et de Xin (l’organe coeur) et dont les usages anciens exprimaient la détermination, la résolution, la disposition intérieure et le but, l’objectif, a évolué vers le vouloir soutenant un dessein, le propos qui se développe en intention. Zhi englobe la volonté profonde, la détermination, l’aspiration et l’ambition.

En philosophie chinoise, Zhi est le vouloir, le vouloir vivre, le coeur enraciné qui tend à s’épanouir. C’est la continuité dans le développement de la vie, la mémoire où sont emmagasinées les impressions.

Zhi est à comprendre comme l’élan mental qui nous donne la déterminiation et la fermeté dans la poursuite de nos objectifs. Ainsi on se donne les moyens d’aller jusqu’au bout des choses.

En médecine chinoise, Zhi est le vouloir, la puissance spirituelle propre au Rein. Il est associé à la peur.

Applications:

Si la pensée est perturbée, on perd la rectitude du cheminement, on s’écarte du centre, la cible n’est pas atteinte.

De même si les émotions viennent troubler la vacuité du Coeur, Yi en sera affecté.

Il est inconcevable, en énergétique chinoise, d’avoir des axes qui ne sont pas en relation. Suivant le moment, on met en mouvement une partie de la chaîne.

Dans la détente, qui revient à être détaché des sentiments, se révèle la verticalité primordiale à l’horizontalité. Le lâcher-prise existe à l’horzontal si l’axe vertical est bien coordonné.

La disponibilté, la vacuité, l’action sont le résultat d’une bonne coordination des autres Shen. L’obsession est la pensée qui tourne en rond. La jalousie est une obsession (dont la cause est Yin, non visible) qui s’exprime par la colère (résultat Yang).

Une pensée bien dirigée (“j’ai décidé et je mets en oeuvre jusqu’au bout”) c’est Shen + Zhi.

Le corps physique reflète les Benshen. Les organes fonctionnent correctement si tous les Shen sont équilibrés.

Dominique Robin

d’après les cours d’Energétique Chinoise dispensés par Florence Choffrut FFWushu